Le Fushia fait la différence entre fin et moyens... et tout moyen a pour fin le Fushia

Pseudo: Mot de passe:
Illustration chronique
The Way Of All Flesh
Gojira
Par: prophet

Présentation de l'oeuvre

Je ne suis pas un fan de la première heure de Gojira et aujourd'hui toujours j'ai un peu de mal à cerner un album comme The Link. Au contraire, From Mars To Sirius est trés vite devenu un habitué de mon lecteur cd après sa sortie... D'où l'impatience que provoquait la sortie du présent opus chez moi...

Chroniques

... Et bien j'ai pas été déçu. Après un peu moins d'une semaine d'écoute (et oui le pack cd+teeshirt de listenable records a pris un peu de temps à traverser l'Atlantique) je pense que je tiens mon album de l'année.

On reviendra plus tard sur les comparaisons avec les précédents cds du groupe. The Way Of All Flesh pris seul est un monumental pavé dans la gueule (... non pas dans la mare... vraiment dans la gueule) qui ne souffre aucun délai avant de percuter l'auditeur. Pour preuve, le morceau d'ouverture qui porte en lui seul nombre des qualités de l'album: des parties de guitare inspirées, une batterie mise clairement en avant par la production mais qui se justifie par un jeu d'une rare précision et d'une rare efficacité, une ambiance tantôt martiale tantôt aérienne (cf la fin du morceau)... Rien a jeter.
Ces mêmes bases font ensuite la puissance de chaque morceau du cd (j'ai vraiment pas trouvé grand chose de raté). La rythmique est bluffante du début à la fin (The Art Of Dying est une véritable démonstration de savoir-faire en terme de construction et de cohésion de chaques instruments entre eux, l'intro de Vacuity d'une simplicité bestiale est un pur régal) et une fois de plus la batterie est ici l'invité d'honneur. Mais les guitares ne sont pas en reste, on retrouve du tapping a foison (intro de Oroburos), des riffs incisifs (Vacuity). Le tour de force de Gojira est d'emmener du souffle et de l'originalité dans le metal extrême, le groupe se démarque ainsi de la pléthore de groupes qui officient dans le style. Et oui je suis en train de dire qu'un groupe de français porte la scène métal en avant.

Comment situer The Way Of All Flesh par rapport aux précédentes productions du groupe? Gojira ici reprend ce qu'il sait faire de mieux et ajoute une pierre à son propre édifice juste question de garder une tête d'avance sur le reste du monde. Là où From Mars To Sirius consacrait un groupe de death metal aux convictions somme toutes environnementales, The Way Of All Flesh ajoute un côté plus direct au son des messieurs (Adoration For None qui au passage voit l'apparition de Randy Blythe, vocaliste de Lamb Of F*cking God)mais aussi une aération qui n'est pas légion dans le genre (le refrain de Vacuity). Le fond est un tout petit peu changé puisque le thème n'est plus l'écologie mais la mort (on reste cependant dans les défis que l'homme ne peut éviter). On remarque également l'intro de The Art Of Dying qui rappelle de façon immanquable The Link. Avancer sans perdre de vue ce qui a été réalisé jusque là semble être le mot d'ordre et si ça fonctionne bien c'est que les meilleurs éléments des précédents opus sont conservés.

Comment conclure? Tout est bon dans ce cd... je l'ai déjà dit. D'ailleurs je vois pas bien pourquoi conclure... Je ne pense pas avoir dit tout ce que je peux avoir à dire sur la bête qui est là... le cd va continuer à tourner dans mon lecteur pendant encore quelque temps et je vais encore me bousiller les tympans avec les 10 premières secondes de Vacuity pendant quelque temps... vous voulez une excellente idée de ce qu'est le métal aujourd'hui? ECOUTEZ CET ALBUM

Commentaires (1):

yeah baby ;)
l'intro de the art of dying !!!

Fushia Unlimited © Tous droits réservés, ou pas. Nous contacter par là.

Chargement en cours