Le Fushia aime faire mal au cul!!!

Pseudo: Mot de passe:
Illustration chronique
Everything Remains As It Never Was
Eluveitie
Par: prophet

Présentation de l'oeuvre

4ème Album des Suisses de Eluveitie. Everything Remains The Same As It Never Was est paru en Fevrier 2010 sur Nuclear Blast.

Chroniques

Ca fait maintenant quelques années qu’Eluveitie est le groupe qui monte… monte… (tel un gâteau surdosé en levure dans son four). Outre LE morceau que tout le monde connaît Inis Mona (qui ne fait rien de moins que reprendre ce qui est probablement la mélodie celtique la plus connue… oui oui la même que dans La Tribu de Dana) les helvètes ont déjà trois albums studios au compteur (dont un acoustique). A cela rajoutez un clip paru il y a quelque mois et un mixage signé Colin Richardson et à priori votre recette marketing devrait prendre. (Comment ça mes comparaisons culinaires sont relou?... attendez de voir ce qui vient)
Une fois n’est pas coutume commençons d’abord par évoquer ce qui ne me convient pas dans cet album. Enorme cheveux sur la soupe que l’irrégularité du présent cd. Nombre de morceaux ici donne l’impression que le travail de composition a longtemps hésité entre faire prévaloir les sonorités celtiques ou faire des morceaux strictement métal. C’est le cas de The Essence of Ashes, morceau qui se perd entre un fort penchant pour le côté fédérateur/metalcore (pour une raison que j’ignore ce morceau me fait penser à Trivium) et les tentatives d’intrusion des instruments traditionnels tels des petits lardons dans les gougères. De plus, les vocaux féminins ne sont pas toujours utilisé à bon escient, bien que les demoiselles ci-présentes chantent fort bien, il me semble que leur présence sur un morceau tel que Quoth Of The Raven (de loin le morceau le moins bon du présent cd) ne se justifie pas nécessairement, telle une sauce à la menthe accompagnant un steak. (N.B. : c’est pas des conneries, ça existe…).
Les quelque reproches ayant été fait, passons à ce qui m’a plu. Premièrement, les messieurs d’Eluveitie (tant le chanteur que ses compères guitaristes)ont visiblement bouffé du Dark Tranquillity dernière génération, les riffs d’un Kingdom Come Undone ou d’un Everything Remains As It Never Was sont là pour nous le rappeler. Et ce sont sur de tels morceaux que la sauce d’Eluveitie prend tout son sens : le métal celtico-folklo-pagano-chépatro propose un débouché au créneau ultra bouché du mélo-death, bonne ou pas c’est en tout cas une idée. Et personnellement saupoudrer d’instruments traditionnels des riffs et des cshémas déjà vus et revus ça me plait autant que de mettre du piment d’espelette sur une pizza chorizo/poivron. Les instrumentaux présents au long du cd sont de plus fort sympas et font très bien leurs offices d’apéritifs/mise-en-bouche entre les pièces de résistance. On s’y prend même parfois à sentir un arrière goût d’In Flames façon Jester Race (soyons réaliste on en est quand même assez loin).
Au final le menu proposé ici par Eluveitie se défend tout à fait. Loin des ambiances que mettent en place les maîtres du genre (que ce soit Amon Amarth ou Arkona ou autre) Everything Remains As It Never Was ne nous donne pas envie de gambader dans des verdures nordiques la bière à la main et le glaive dans l’autre… le cd se dévore cependant plutôt bien, sans trop nous laisser sur notre faim.

Commentaires (2):

mais alors si tu devais y mettre une note ?
bé probablement la même note que vs-webzine (pour les mêmes raisons)... peut-être un point en plus (donc 11 sur 20) parce que même s'ils réinventent pas la poudre je trouve que ça s'écoute

Fushia Unlimited © Tous droits réservés, ou pas. Nous contacter par là.

Chargement en cours